Dans les universités, les organismes de recherche, les CROUS,
pour l’augmentation des salaires :
Réunissons-nous, décidons la grève dès le 18 octobre !

La grève dans les raffineries Total Energies et Esso-ExxonMobil s’étend malgré la réquisition décrétée par le gouvernement Macron, inacceptable remise en cause du droit de grève. Les motions de soutien aux grévistes se multiplient, notamment de la part des syndicats, fédérations, unions départementales Force Ouvrière ainsi que de la confédération.

Les salariés des raffineries, en grève pour obtenir des augmentations de salaire au moins au niveau de l’inflation, ont raison, notamment au moment où Total Energies a réalisé plus de 30 milliards de dollars de bénéfice, alors que le PDG s’est augmenté de 50 % et qu’un dividende exceptionnel de 2,6 milliards dès 2022 a été attribué aux actionnaires !

Les salariés des raffineries nous montrent la voie.

La mobilisation est aussi engagée à l’Education nationale, où les professeurs de lycées professionnels se réunissent et décident la grève pour bloquer la réforme du lycée professionnel Macron-Ndiaye-Grandjean. L’ensemble des organisations syndicales dont le SNETAA-FO les appelle à débrayer le mardi 18 octobre.

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, des grèves commencent à éclater. A Clermont-Ferrand, les enseignants du centre de français langue étrangère ont fait grève le 11 octobre pour faire respecter leurs droits. A Paris, les personnels des CROUS ont fait grève jeudi 13 pour leur salaire, les emplois et leurs conditions de travail ; de nombreux restaurants universitaires ont été fermés. Lors de leur rassemblement à Jussieu ils ont adopté en assemblée générale un appel à tous les agents CROUS de France, à rejoindre leur combat.

Avec les confédérations FO et CGT, la FSU, Solidaires et les organisations de jeunesse, FO ESR appelle l’ensemble des personnels à se réunir pour décider la grève dans les universités, les organismes de recherche, les CROUS dès mardi 18 octobre, afin d’exiger eux aussi une augmentation de salaire immédiate pour tous, a minima à la hauteur de l’inflation, à l’opposé de la pseudo-revalorisation du protocole d’accord lié à la LPR et des 3,5 % d’augmentation du point d’indice qui, avec une inflation à 6,5 %, actent une baisse de salaires de 3 %.

La grève des raffineries fragilise le gouvernement et ouvre une brèche. C’est le moment d’y aller tous ensemble, public-privé, pour l’augmentation des salaires, pour la satisfaction de l’ensemble des revendications, pour le retrait de toutes les contre-réformes, y compris la réforme des retraites que prépare Macron.

FO ESR appelle ses syndicats dans les établissements à organiser des réunions de personnels dès lundi pour décider la grève et établir les revendications. Notre fédération, la FNEC FP‑FO, a déposé un préavis de grève pour couvrir l’ensemble des personnels toute la semaine prochaine.

FO ESR appelle les personnels, avec les étudiants, à se mobiliser pour la défense du droit de grève en participant aux rassemblements organisés devant les préfectures et sous-préfectures.