CTC du 16 avril 2020
FO ESR obtient une prime exceptionnelle pour les collègues en PCA !!

Jeudi 16 avril, le CNOUS a réuni un Comité Technique Commun (CTC). Le CNOUS a voulu tirer un premier bilan de la crise sanitaire dans les CROUS.
A cette occasion, FO ESR a été pratiquement la seule organisation syndicale à dénoncer les très mauvaises conditions dans lesquelles s’est déroulée la continuité de service (PCA) dans les CROUS :


BIATSS, ITA et CROUS : vous êtes en congés, vous ne le saviez pas ?

Une ordonnance (n° 2020-430) « relative à la prise de jours de réduction du temps de travail ou de congés dans la fonction publique de l'État et la fonction publique territoriale au titre de la période d'urgence sanitaire » vient d’être publiée ce 16 avril.
Dans l’enseignement supérieur et la recherche sont concernés tous les BIATSS, les personnels ITA des EPST et les personnels ouvriers des CROUS. L’ordonnance prévoit :


Faut-il tenir les examens « coûte que coûte » ?

« êtes-vous d’accord pour reporter les examens à distance de 15 jours ? », « Merci de nous faire parvenir au plus vite les modalités de validation du second semestre pour les modules qui vous concernent », « N’oubliez pas de nous indiquer ce qui est prévu pour les exercices en ligne validant les enseignements du second semestre », « Nous avons prévu d’une part l’organisation à distance des deux sessions d’examen prévues d’ici l’interruption de juillet, d’autre part la préparation d’une session spécifique, en présentiel, courant juin puis le cas échéant fin août-début septembre, pour les rattrapages d’une session réservée aux étudiant-e-s "déconnectées" », « Nous prenons la décision : - de procéder à la poursuite des enseignements en distanciel pour la fin du semestre, […] - d’évaluer les élèves uniquement en distanciel », telles sont quelques-unes des formulations des directions ou présidences auxquelles sont confrontés les collègues en divers endroits à propos des examens de fin de fin du second semestre (qui parfois sont aussi des examens de fin d’année).


Congés et jours RTT : non au rabotage par l'état d'urgence !

Dans de nombreux établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche, les droits des personnels sont foulés aux pieds dans cette période de crise sanitaire.

Dans le privé, la loi sur l’état d’urgence sanitaire permet d’imposer 6 jours de congés maximum, après un accord collectif. Dans la fonction publique, le ministère de l’action et des comptes publics (via son bras armé, la DGAFP), envoie à tous les ministères des fiches selon lesquelles il n’y aurait pas besoin de loi : les chefs de service pourraient tout imposer au nom de "nécessités de service", y compris au-delà des 6 jours de congés du privé !


« Continuité » ou travail illimité ?

Les universités ont été fermées, au moins aux étudiants, à partir du lundi 16 mars. Dès le 13 mars le ministère avait discrètement produit un « plan de continuité pédagogique », dont une bonne partie est consacrée à l’enseignement à distance.

Accompagner les étudiants, ou apprendre aux universitaires à enseigner ?