Objet : demande d’intervention pour faire respecter les franchises universitaires

Madame la Ministre,

Depuis le 5 décembre, la mobilisation pour le retrait de la réforme des retraites s’approfondit, notamment par la grève et les manifestations.

Dans l’enseignement supérieur et la recherche, les personnels et les étudiants, autant concernés par ce projet de réforme, s’organisent en AG, font grève, participent à toutes les manifestations depuis le 5 décembre.


TOUS ENSEMBLE LE 17 DECEMBRE
CONTRE LE PROJET DE REFORME DES RETRAITES.

Suite au succès du 5 décembre, la mobilisation s’amplifie, et après la RATP et la SNCF, la grève pour le retrait de la réforme des retraites s’élargit à de nouveaux secteurs. Salarié.e.s du public comme du privé, retraité.e.s, étudiant.e.s, lycéen.ne.s, tous peuvent et doivent rejoindre ce mouvement.


Inacceptable ! Retrait !

Près d’un million : 180 000 à Paris, 60 000 à Toulouse, 6 000 à Albi, 4 000 au Puy en Velay, 4 000 à Angers, 2 500 à Saintes… Des cortèges toujours aussi déterminés, mêlant salariés du public et du privé, ont encore défilé ce mardi 10 décembre dans toute la France : « on ne lâchera rien jusqu’au retrait de la réforme Macron ! Et qu’est-ce qu’on fait demain ? On reconduit ! »


La ministre garantit des pensions… à hauteur de 1000 euros !

Dans un courrier, daté du 4 décembre, la ministre s’est adressée à tous les personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche sur le sujet de la réforme de la retraite.

La ministre promet un système « juste » par le biais du système par points


CTMESR du 27 novembre 2019

Intervention FO ESR sur le projet de décret sur l’académie de Mayotte

FO ESR accueille favorablement ce projet qui de fait transforme le poste de vice‐recteur en recteur conférant à celui‐ci les pleins pouvoirs notamment sur le supérieur. Mais il est précisé dans la note, que le décret applique à Mayotte le droit commun des académies d’outre‐mer, « tout en maintenant lorsque nécessaire un régime dérogatoire spécifique par exemple en matière de gouvernance et de gestion des établissements scolaires du second degré ». FO ESR s’abstiendra sur ce décret car certains régimes dérogatoires, notamment sur les mutations, lui paraissent comme n’ayant plus lieu d’être.